Jouer aux échecs en différé (correspondance) sur Internet

Jouer aux échecs en ligne en différé sur CapakaspaDepuis quelques années le jeu en différé ou par correspondance sur Internet est la forme de jeu que je pratique presque exclusivement. Je veux donc vous livrer ici mon témoignage sur son intérêt et toutes les dérives que j’ai constaté autour d’elle.

La petite histoire

J’ai découvert cette forme de jeu grâce au site echecs.com. Sur ce site il était possible de défier d’autres joueurs pour jouer des parties en différé de manière complètement libre : aucune cadence n’était imposée (mais la partie est stoppée si aucun coup n’est joué au bout de 3 semaines environ), aucune formule de tournoi n’était disponible et les joueurs n’était pas classés. Ajoutons que l’inscription était gratuite.

Tout cela me convenait bien car ne disposant pas d’une connexion haut débit à domicile il n’était pas très pratique de jouer en direct. Et puis cette forme de jeu se prête bien aux parties rapides et ce n’est pas ce que je cherchais.

Je commençais donc à jouer plusieurs parties en même temps dans le seul objectif de progresser et plus particulièrement d’essayer de construire un répertoire d’ouvertures. Au fur et à mesure je me rendais compte que certains joueurs laissaient tomber leurs parties, que certains étaient très lents. Mais cela ne m’a jamais gêné, chacun est libre de jouer comme bon lui semble et surtout en fonction de ces disponibilités. Parallèlement je lisais les forums sur le site france-echecs.com et découvrais qu’un bon nombre de membres se plaignaient de la lenteur de jeu mais aussi du fait que certains s’aidaient de logiciels pour jouer. Là encore je ne comprenais pas de telles plaintes.

Pour ma part j’étais indifférent à la lenteur de jeu puisque je jouais de nombreuses parties simultanément. De plus je ne considérais pas l’assistance par ordinateur comme une triche car il n’y avait aucune compétition. Je trouvais juste cela dommage pour les joueurs l’utilisant car elle ne leur apporte rien. Je n’ai donc jamais été trop en phase avec les membres se plaignant de ces pratiques. Mais certains de ceux-là se sont regroupés et ont créé la COJELI (le 17/4/2016 ce site semble le plus exister), COnfrérie des Jouteurs d’Echecs Libres de l’Informatique. Aujourd’hui pour en faire partie il faut être coopter.

Plus tard le site echecs.com proposa de payer une inscription pour accéder à un club proposant pleins de services supplémentaires : tournois avec cadence de jeu, classement, un contenu didactique pour progresser…

Je suis devenu membre de ce club dont j’ai été très satisfait de la prestation. J’ai même vécu sur son forum de grands moments. Des membres insatisfaits se plaignaient constamment, certains allant même jusqu’aux attaques directes contre le propriétaire du club ou son administrateur. Les autres se révoltaient contre la tricherie ou contre l’incorrection des adversaires qui continuaient de jouer avec une pièce en moins, qui laissaient traîner les parties perdues ou qui jouaient une partie “égale” et refusaient les propositions de nulle.

Autant vous dire que ces membres n’ont pas renouvelé leur inscription payante. D’autant que, selon leurs dires, il existait un site mieux et gratuit.

Dans le courant du mois de septembre dernier je n’ai pas renouvelé mon abonnement car je ne trouvais plus assez de temps à consacrer aux parties en différé et que je les jouaient sans grande conviction. Mais dans le foulée je suis tombé sur ce fameux site gratuit et “bien mieux” : EchecsNet (le 17/04/2016 ce site n’existe plus). Pour m’inscrire il m’a fallu montrer “patte blanche” : un mail à l’administrateur avec mon profil de joueur. En ce qui concerne le jeu en différé je n’ai trouvé qu’une différence avec le club d’ echecs.com : une limite de temps entre 2 coups de 15 jours et un suivi des tournois plus poussé. Sinon ce site n’offre aucun contenu didactique et les temps de réponse ont été assez médiocres sur la période pendant laquelle je l’ai utilisé. Et oui aujourd’hui je n’utilise plus. Je fais parti des maudits, des exclus.

Pourquoi ? Tout a commencé avec une partie pour laquelle j’ai dépassé les 15 jours autorisés entre 2 coups. Une règle dont je n’avais pas pris connaissance et que les circonstances m’ont fait enfreindre. Il faut préciser que je jouais d’autres parties sans aucun problème. J’ai été alerté lorsque l’administrateur m’a fait parvenir un email. J’ai alors pu découvrir que mon adversaire demandait de mes nouvelles dans le forum. Une discussion s’y est donc déroulée et les choses semblaient être rentrées dans l’ordre jusqu’à un post sur la gratuité des sites Internet. J’y précisait que la gratuité n’était pas forcément la panacée sur Internet et qu’un site payant devait offrir un niveau de service plus important qu’un gratuit. Ensuite j’indiquais qu’une lenteur comme celle du site EchecsNet serait fatale à un site payant. Depuis j’ai été rayé de la liste des membres.

Mon analyse

Voilà pour la petite histoire de ces quelques années de jeu en différé sur Internet. Je donnerai mon avis plus loin. Mais je reviens pour le moment à l’essentiel, qu’est ce que m’a apporté cette forme de jeu ?

Pour répondre à cette question il faut d’abord comprendre qu’avant le jeu en différé je n’avais comme seul adversaire un logiciel. A la longue cela devient très répétitif. Si vous ne disposez pas d’un logiciel assez puissant et flexible, vous vous retrouverez rapidement à jouer les mêmes ouvertures. Et surtout il y a un moment où vous avez besoin de vous comparer aux autres joueurs. Le jeu en différé permet donc de se confronter à d’autres joueurs humains, d’avoir le temps de gérer ses parties et d’étudier. Pour ma part, j’ai commencé à jouer beaucoup de parties en essayant de respecter un répertoire d’ouverture. Toutes mes parties jouées en différé m’ont permis de constituer une base de données de parties qui est un matériel très précieux aujourd’hui.

Cependant il y a un travers dans lequel je suis tombé par moment : l’accumulation de parties. Il m’est arrivé d’avoir trop de parties à jouer et donc de les négliger. Or je crois que l’intérêt du jeu en différé est bien de pouvoir prendre son temps et d’exploiter toutes ses connaissances pour jouer des parties qui serviront de base d’analyse. Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes ici dans le cas d’un joueur qui ne pratique pas les échecs dans le cadre d’un vrai club. Cela peut effectivement être aussi réalisé dans le cadre de compétitions en cadence lente.

Il s’agit donc pour moi d’une approche d’apprentissage et progression. Mais les Echecs restent un jeu et on recherche donc toujours la dimension ludique et la compétition. C’est à cela que les sites ont voulu répondre : organisation des parties en tournoi, classement des joueurs. Mais par sa nature le jeu en différé ne se prête pas bien à la compétition. Les joueurs ne sont pas sous “contrôle” et lorsque l’enjeu existe on ne peut aller contre la nature humaine. Il y aura toujours des tricheurs. Pour supprimer toutes les raisons de gagner à tout prix cette forme de jeu ne donc doit être vu que comme une manière de progresser.

Au contraire, au cours de ma petite expérience, j’ai vu des conflits de personnes (les mêmes qu’au sommet de la fédération française ?) et j’ai vu naître sous mes yeux des petites communautés de joueurs (COJELI, EchecsNet). J’ai du mal à les justifier. Sûrement que tout cela repose sur un certain esprit “chevaleresque” bien dépassé. Comment peut-on refuser qu’un joueur continue une partie égale ou joue une partie “jugée” perdante ? Quelque soit la forme, le jeu réclame des erreurs et aucune personne ne peut avoir la prétention qu’elle n’en fera pas. N’y a t-il pas du plaisir à démontrer à son adversaire qu’il a eu tort de continuer ? Les échecs s’est l’affrontement de deux hommes qui ont leurs faiblesses, ce n’est pas que de la théorie !

Pour conclure

Le jeu en différé (par correspondance) ne doit pas faire exception, même cette forme de jeu a son lot d’effets psychologiques. Il permet de progresser dans tous les domaines du jeu.

C’est pour cela que j’ai créé le site CapaKaspa !! C’est un bon moyen de jouer aux d’échecs en différé (par correspondance) sur Internet et de progresser.

Suggestion d'articles

3 Commentaires

  1. Dominique Lugat

    L’idée de faire un article sur le jeu en différé et de commenter son aventure est très bonne et trop rare et c’est là le bon point. Par contre, il manque cruellement de références quant aux serveurs importants pour le jeu en différé comme, pour citer un exemple, lichess.org qui est un serveur dédié à ce type de parties. Ce serveur est assez bien géré. Il est à noter que chess.com est un serveur assez bling-bling à la sauce américaine frisant le harcèlement pour refourguer toujours plus et encore plus de services. Aux états unis on met la main dans le porte-monnaie d’abord et on réfléchit après et c’est bien évidemment le contraire sur le vieux continent.

    1. Sébastien JOUVE (Auteur de l'article)
      1. Dominique Lugat

        Je garde le lien pour une prochaine partie en différée et au plaisir de lire tes articles.

Laisser un commentaire