Sergey Karjakin, le Challenger

Sergey Karjakin Challenger Championnat du Monde 2016

A quelques jours du début du Championnat du Monde d’échecs 2016, découvrons qui est Sergey Karjakin, le Challenger de Magnus Carlsen.

Pendant de nombreuses années, Sergey Karjakin a été le plus grand rival de Magnus Carlsen (ils sont tous deux nés en 1990, bien que Karjakin soit de 10 mois plus vieux). Mais tandis que Carlsen montait à la première place mondiale et remportait le Championnat du Monde, Karjakin a pris le temps de se stabiliser et de trouver sa place au sommet.

Sa première grande performance a été de remporter le Championnat du Monde Rapide 2012 devant Carlsen. Après cela, il a remporté quelques victoires remarquables en tournoi, la première place partagée dans un tournoi de Grand Prix en Ouzbékistan en 2012, et en remportant le Norway Chess en 2013 et 2014 devant des joueurs de classe mondiale dont Magnus Carlsen.

Dans le tournoi des Candidats 2014, il démarre lentement, mais fini très fort pour presque dépasser Viswanathan Anand et gagner le droit de jouer Carlsen pour le Championnat du Monde. Bien qu’il échoue de peu, c’était sans doute une expérience d’apprentissage précieuse.

Rejouer toutes les parties du Championnat du Monde 2014

En effet, c’est peut-être ce qui l’a aidé à lancer avec succès l’un des retours les plus épiques de la finale de la Coupe du Monde de l’année dernière, quand il a surmonté un retard de 0-2 pour battre Peter Svidler, son compatriote, dans les parties de Tie-Break.

Sergey Karjakin, né en Ukraine, a d’abord attiré l’attention du public en 2002 lorsqu’il avait 12 ans et a accompagné Ruslan Ponomariov, alors âgé de 18 ans, comme son second officiel pour le Championnat du Monde par élimination directe de la Fédération Internationales de échecs (FIDE). Ponomariov est alors devenu le plus jeune champion du monde, et peu après Karjakin est devenu le plus jeune grand maître de tous les temps à l’âge de 12 ans et 7 mois – un record qui tient toujours.

Magnus Carlsen et Sergey Karjakin jeunes rivaux

Magnus Carlsen et Sergey Karjakin jeunes rivaux (Photo (c) David Llada)

Sa carrière se déroula sans encombre à partir de ce moment, mais toujours dans l’ombre de Carlsen. Bien que le Elo et le classement de Sergey Karjakin s’améliorent constamment, il n’a pas reçu le même nombre d’invitations, et donc d’occasions, comme Carlsen et n’a pas égalé ses succès. Un jour, quand on le questionne dans une interview sur ce qu’il pouvait faire contre Carlsen, Karjakin a plaisanté en disant qu’il devrait le frapper au-dessus de la tête avec une batte. Mais il a peut-être trouvé de meilleures façons de le battre, comme il l’a montré en remportant ces tournois d’élite en Norvège en 2013 et 2014, qui étaient en partie destinés à être des vitrines pour l’étoile locale.

Sa vie personnelle a subi de nombreux changements au cours des dernières années. Il a été marié deux fois et est devenu récemment père. Le plus marquant, à la consternation des Ukrainiens, il a changé de fédération, et de nationalité, pour la Russie. Cela lui a donné un meilleur accès à des formateurs de renommée mondiale qui ont appris dans le cadre de l’ancien système soviétique, ainsi que le soutien financier d’un certain nombre de clients riches, notamment Andrey Filatov, président de la Fédération russe des échecs et vice-président de la FIDE.

L’investissement de la Russie en Sergey Karjakin est aussi payant pour l’équipe nationale car il est l’un de ses membres les plus importants. Par exemple, l’année dernière, dans un match inhabituel entre la Russie et la Chine, un joueur de chaque équipe a joué jusqu’à ce qu’il ait perdu. Karjakin a démantelé à lui seul toute l’équipe chinoise des grands maîtres!

En tant que joueur, Sergey Karjakin prend rarement des risques inutiles et est parmi les meilleurs défenseurs dans le monde. Mais il n’évitera pas un combat si il croit que c’est la bonne chose à faire. Cette attitude a été pleinement affichée dans la dernière ronde du Tournoi des Candidats 2016 quand il a fait face à Fabiano Caruana, son principal rival pour le titre.

Sergey Karjakin n’avait besoin que d’une nulle pour remporter le tournoi et il avait les pièces blanches. Beaucoup de grands maîtres dans une situation similaire essayerait de jouer solidement et d’atteindre la nulle. Il était évident que Caruana ferait de son mieux pour secouer les choses – le fardeau était clairement sur lui. La question était de savoir comment Karjakin devrait répondre si Caruana choisissait une ouverture forte? En fin de compte, Karjakin a pris l’approche la plus adaptée et a joué aussi agressivement que la normale, comme si il y avait très peu d’enjeu dans la partie.

Il est clair que Sergey Karjakin a assez mûri pour être un concurrent très sérieux pour le titre. Il a la condition physique, l’endurance et l’expérience pour tenir dans une compétition pleine de pression. La clé pour lui sera de prendre un bon départ dans le match, car il n’est pas connu comme un joueur qui peut revenir.

Suivez le match sur CapaKaspa (partenaire affilié officiel), tous les détails sur la fiche de l’événement : Championnat du Monde d’échecs 2016

Article traduit de l’anglais et adapté à partir de The Challenger.

Suggestion d'articles

Laisser un commentaire