Fahim, s’intégrer grâce aux échecs

Fahim, l'histoire vraie de Fahim Mohammad

Inspiré de l’histoire du jeune Fahim Mohammad, Champion de France d’échecs des moins de 12 ans en 2012, et de son entraîneur Xavier Parmentier, le film Fahim sortira en salle le 16 octobre 2019. On vous présente le nouveau long métrage de Pierre François Martin-Laval avec Isabelle Nanty, Gérard Depardieu, Assad Ahmed.

Synopsis

Forcé de fuir son Bangladesh natal, le jeune Fahim et son père quittent le reste de la famille pour Paris. Dès leur arrivée, ils entament un véritable parcours du combattant pour obtenir l’asile politique, avec la menace d’être expulsés à tout moment.

Grâce à son don pour les échecs, Fahim rencontre Sylvain, l’un des meilleurs entraîneurs d’échecs de France. Entre méfiance et attirance, ils vont apprendre à se connaître et se lier d’amitié. Alors que le Championnat de France commence, la menace d’expulsion se fait pressante et Fahim n’a plus qu’une seule chance pour s’en sortir : être Champion de France.

Fahim image film 01

Image du film : Fahim (Assad Ahmed) et son entraîneur Sylvain (Gérard Depardieu)

Casting

MATHILDE……………………………. Isabelle NANTY
SYLVAIN………………………………. Gérard DEPARDIEU
FAHIM………………………………….. Assad AHMED
NURA…………………………………… Mizanur RAHAMAN
LUNA……………………………………. Sarah TOUFFIC OTHMAN-SCHMITT
LOUIS…………………………………… Victor HERROUX
MAX……………………………………… Tiago TOUBI
ALEX……………………………………. Alexandre NAUD
ELIOT…………………………………… Pierre GOMMÉ
DUFARD………………………………. Axel KERAVEC
FRESSIN………………………………. Didier FLAMAND

Entretiens

Nous avons d’abord sélectionné une question au réalisateur Pierre François Martin-Laval.

Sur quoi vous êtes-vous appuyé pour bâtir votre scénario ?

D’abord, beaucoup sur le livre “Un Roi clandestin” que Fahim avait écrit avec Sophie Le Callennec et Xavier Parmentier, son entraîneur . Ensuite sur les témoignages que je suis allé recueillir directement. En premier lieu, ceux de Fahim et de son père, puis ceux de plusieurs responsables d’associations d’aide aux réfugiés. Enfin celui de Xavier Parmentier. Si j’ai dédié mon film à cet entraîneur aussi génial qu’extravagant, à qui Fahim doit d’être devenu champion, c’est qu’il est brutalement décédé avant que Fahim ne soit achevé.

Pendant environ six mois, je me suis plongé à la fois dans ce monde des échecs et dans celui des réfugiés bangladais dont j’ai découvert qu’ils vivent souvent dans des conditions de peur et de précarité assez insoutenables. La maturation de ce film a été longue, mais il fallait que je me sente légitime pour le faire. Fahim était mon premier biopic : il était hors de question que je dise des inepties.

Fahim image du film 02

Image du film : Fahim (Assad Ahmed) pendant un tournoi d’échecs

Et on a aimé la réponse de Fahim Mohammad à cette question :

Qu’as tu pensé du scénario du film et des personnages ?

Quand j’ai vu le film, j’ai été ému, et en même temps, j’ai éprouvé quelque chose de bizarre. Tout est vrai, et en même temps, il m’a semblé que ce n’était pas vraiment de moi qu’il s’agissait. L’histoire est en gros la mienne, mais le Fahim du film n’est pas tout à fait moi. Je me reconnais bien dans toutes les scènes qui concernent son intégration ou son éducation : celle où il apprend à manger en se servant de couverts, par exemple, ou celle où il se fait engueuler parce qu’il arrive en retard – un point qui, hélas, n’a pas beaucoup changé car je continue à avoir des problèmes avec l’heure (rire).

Je me retrouve aussi beaucoup dans toutes les scènes où Fahim est accueilli chez ses copains du club ou du collège. J’ai vraiment vécu des moments semblables, tellement chaleureux. Comme ceux passés, aussi, avec mon professeur d’échecs, Xavier Parmentier, que joue Gérard Depardieu. Xavier était un homme très généreux. C’est grâce à lui que j’ai pu dormir, en douce ou presque, pendant plusieurs mois dans son club d’échecs. Cet épisode n’est pas dans le film, mais ce n’est pas grave car on se rend compte à quel point Xavier était gentil et paternel avec moi.

Evidemment, je me suis senti loin de Fahim dans les séquences du film qui ont été « fictionnées » pour les besoins du scénario. Mon père et moi n’avons par exemple jamais vécu en communauté, dans ces sortes de villages de tentes, avec d’autres bangladais. Ce n’est pas dans notre caractère. Mais ce sont des détails. L’essentiel de ma vie y est et le Fahim du film me plait. Je n’aurais pas eu envie qu’il soit complètement moi, cela m’aurait gêné.

Bande annonce de Fahim

La situation de Fahim aujourd’hui

A ce jour, près de onze ans après leur arrivée en France, ni Fahim ni son père n’ont obtenu la nationalité française. Jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la majorité (cette année), Fahim, comme tous les mineurs étrangers, n’avait pas le droit à une carte de séjour. Il vient d’en obtenir une. Comme c’est la première, elle est valable seulement un an.

Son père, lui, a vu la sienne renouvelée pour quatre ans. Une carte de séjour permet à son possesseur de travailler en France, et aussi de voyager hors de l’Hexagone. Pour Fahim, qui n’avait plus eu le droit de quitter la France depuis son arrivée, c’est un immense pas en avant. Mais il doit patienter encore cinq ans pour demander la nationalité française.

Suggestion d'articles

Laisser un commentaire