Interview de Sébastien JOUVE, créateur du site CapaKaspa

Interview Sébastien Jouve créateur du site CapaKaspa

Vous vous demandez peut être ce qui se cache derrière le site CapaKaspa ? Découvrez son créateur, son rapport avec le jeu d’échecs et la genèse du site sous la forme d’une interview. (Sur la photo ci-dessus, Sébastien Jouve de dos avec un tee-shirt CapaKaspa)

Ce que vous allez lire n’est pas une vraie interview, juste une manière plus sympathique de faire passer le message. Bonne lecture…

CK : Salut Sébastien, peux-tu te présenter rapidement ?
SJ : Je m’appelle Sébastien JOUVE et je me rapproche doucement de mes 50 ans. Je suis le créateur du site CapaKaspa. Ce n’est pas l’occupation qui me faire vivre. Je travaille depuis plus de 20 ans dans le domaine de l’informatique pour des ESN (Entreprises de Services Numérique, anciennement SSII). J’ai fait du développement, de la gestion de projet et de l’analyse fonctionnelle. Vous pouvez découvrir mon parcours professionnel sur Linkedin.

CK : Quand as-tu commencé à jouer aux échecs ?
SJ : Je crois que je devais avoir 17 ans. Je ne sais plus pourquoi un jour j’ai voulu savoir comment jouer aux échecs. Mais petit à petit j’ai découvert la théorie qu’il y avait derrière ce jeu et cela m’a plu. J’ai voulu creuser le sujet de manière plus approfondie, en autodidacte.
A l’époque l’Internet n’était pas grand public et je n’avais pas de joueurs dans mon environnement proche. Les livres étaient la seule manière d’obtenir des informations plus approfondies. Alors je jouais un peu contre un ordinateur et je lisais des livres.

CK : Et tu n’es pas allé dans un Club ?
SJ : J’ai attendu un bon moment mais un jour je me suis décidé à aller voir dans un Club à Lyon. Malheureusement je suis tombé sur une personne qui ne m’a pas accueilli à bras ouvert mais qui m’a fait douter de ma démarche.

CK : Ah bon ?
SJ : Oui, il m’a fait comprendre à demi-mot que les gens ici étaient un peu « spéciaux ». Il ne m’a pas dit de ne pas venir mais il ne m’a pas donné l’envie de franchir le pas. Donc je n’y suis pas allé. Par la suite il m’est arrivé de participer à deux ou trois tournois en parties rapides, à des simultanées et de jouer avec des amis.

Ancienne version site CapaKaspa mosaïque et partie

L’écran de mosaïque des parties en cours et l’échiquier d’une partie sur les anciennes versions du site CapaKaspa (désolé pour la qualité il a fallu fouiller les archives 😉 )

CK : Et CapaKaspa alors, c’est venu comment ?
SJ : Les années ont passé, je n’ai pas toujours joué aux échecs d’ailleurs, et Internet s’est démocratisé. J’ai commencé à jouer contre d’autres personnes grâce à cela. J’aimais bien jouer en différé sur différentes plateformes et comme je faisais du développement informatique cela a commencé à germer.
En faisant des recherches j’ai vu que j’avais la possibilité de mettre en œuvre ma zone de jeu en différé en partant d’un script PHP (langage informatique) Open Source. Je me suis lancé et CapaKaspa est né en décembre 2004. Ce n’était qu’une zone pour jouer aux échecs en ligne à l’époque, celle qui existe encore aujourd’hui mais qui a beaucoup évolué depuis.

CK : Aujourd’hui le site est plus complet que ça, comment les choses ont évolué ?
SJ : Comme ça me plaisait de m’occuper de ce site, sur lequel je travaille seul, je me suis demandé comment le développer. J’ai créé un blog et j’ai commencé à écrire quelques articles sur l’apprentissage qui sont devenus la base du guide pour apprendre à jouer aux échecs disponible actuellement. Puis j’ai ouvert également un forum sur les échecs. Compte-tenu de mon niveau j’avais pour objectif de parler aux personnes qui découvrent les échecs et qui veulent progresser par eux-mêmes. La zone de jeu était encore la partie principale de CapaKaspa. Il m’est même arrivé de ne plus faire vivre le site.
A un moment j’ai estimé que j’avais un contenu qui pouvait être intéressant pour certain et il n’était pas assez exposé. J’ai eu une réflexion sur le référencement du site et les contenus issus du blog sont devenus le cœur de CapaKaspa. En plus je voulais suivre l’actualité des grandes compétitions d’échecs et la partager d’une manière plus « accessible ». Petit à petit j’ai trouvé un rythme de croisière sur ce sujet mais tout cela à décoller avec le suivi du Championnat du Monde et la mise en place des fiches des grands événements d’échecs.

CK : En quoi cet événement a-t-il eu une importance ?
SJ : Le Championnat du Monde d’échecs c’est le match que tout le monde attend ! Celui qui fait le plus d’audience. Sur le match de 2014 et la défense du titre de Magnus Carlsen contre Viswanathan Anand, j’ai fait un suivi plus important et cela a généré plus de trafic que d’habitude.
Les matchs de 2016, contre Sergey Karjakin, et de 2018, contre Fabiano Caruana, sont les 2 plus gros pics d’audience du site.

Audience du site CapaKaspa pour le Championnat du Monde d'échecs 2018

Pic d’audience du site CapaKaspa lors du Championnat du Monde d’échecs 2018 (source Google Analytics)

CK : On comprend mieux la genèse du site CapaKaspa mais, aujourd’hui, tu en es où avec le jeu d’échecs ?
SJ : Depuis l’année dernière tout a changé. Je suis membre du club Echiquier des Lions et j’ai joué depuis 14 parties officielles en cadence classique : 7 en Interclubs et 7 lors du tournoi Henri Rink organisé au printemps dernier par le Lyon Olympique Echecs. Je prends beaucoup de plaisir à jouer aux échecs dans ces conditions et je le fais de manière complètement positive. J’ai rejoint enfin le monde réel des échecs !

CK : Pourquoi as-tu choisi ce club ?
SJ : Grâce aux réseaux sociaux j’étais entré en contact avec Sylvain Ravot, un entraîneur d’échecs et Maître FIDE qui est sur Lyon. Je lui ai demandé conseil pour le choix d’un club dans cette ville et il m’a présenté les options principales. J’ai choisi l’Echiquier des Lions pour sa proximité, son côté plus familial et pour faire augmenter sa moyenne d’âge ☺

Sébastien Jouve à gauche Tournoi Henri Rinck 2019

Sébastien Jouve à gauche au premier plan lors du Tournoi Henri Rinck 2019

CK : Maintenant que tu as rejoint ce “monde réel des échecs”, as-tu des objectifs particuliers ?
SJ : Je pourrais dire « non, je veux juste jouer pour le plaisir ». Mais ce ne serait pas tout à fait vrai. Même si j’ai l’impression de débuter à presque 50 ans j’ai quand même acquis quelques connaissances sur le jeu depuis que je l’ai découvert. Cette première année de pratique m’a beaucoup appris sur la gestion de la partie et j’ai commencé à travailler régulièrement avec l’objectif de voir où je peux arriver en 3 ans.
A mon âge, la plus grosse difficulté c’est l’aptitude aux calculs. Malgré cela je vais continuer à bosser et essayer de progresser chaque année jusqu’à ce que ce ne soit plus possible. Cela ne me fait pas peur car je le fais avec passion.

Suggestion d'articles

Laisser un commentaire